Bouquets d’exception pour lieu d’exception : rencontre avec Jean-François Boucher, scénographe floral au Château de Chenonceau

May 13, 2019

Une chose qui ne manque pas de surprendre lorsque l’on visite le château de Chenonceau est la présence de nombreuses compositions florales dans chaque salle du monument. Ces bouquets aux multiples couleurs apportent au château une ambiance chaleureuse des plus accueillantes. Les visiteurs sont comme les « hôtes » d’une demeure habitée, qui n’attend plus que leur venue. Ces bouquets d’exception sont conçus chaque semaine par l’Atelier Floral. Imaginé il y a 25 ans par Laure Menier, conservateur du château, cet atelier unique en Europe est en charge de la décoration florale du château de Chenonceau. Jean-François Boucher, scénographe floral et Meilleur Ouvrier de France, y officie depuis bientôt cinq ans, aux côtés d’Aurélie Fachin et Manon Eloi. 

 

Photographie : © François Christophe 

 

Jean-François, d’où vous vient cette passion pour les fleurs ?

Je n’ai aucun mérite, car ma grand-mère était fleuriste, ma maman également donc c’est un peu une tradition familiale. Je n’ai pas pris cette voie-là par dépit, bien au contraire. J’ai toujours bercé dedans et c’est devenu une évidence. J’étais toujours dans les serres de mes grands-parents, dans le magasin de ma maman. J’ai toujours baigné dans cette atmosphère et ça me plaisait beaucoup. 

 

L’Atelier Floral, c’est quelque chose d’unique. De quoi s’agit-il exactement ? 

L’Atelier Floral, c’est unique en Europe et dans le Monde entier même. On est le seul château au monde à avoir des fleuristes salariés. D’autres monuments fleurissent leurs salles, en revanche, ce sont soit des jardiniers, soit des personnes dédiées un peu comme ça, mais ce ne sont pas vraiment des professionnels. Le conservateur de l’époque qui est conservateur actuel, Madame Laure Menier, a créé cette Atelier Floral il y a 25 ans à Chenonceau. Elle voulait que les visiteurs soient accueillis dans le château de la famille avec des fleurs, comme s’ils étaient reçus comme des hôtes privilégiés.

 

Comment s’organise votre journée de travail ? 

C’est très simple. On vérifie tous les jours, avant l’arrivée des visiteurs, l’état des fleurs qui sont disposées dans le château. La fleur coupée, c’est une fleur à qui on a mis un produit, et qui tient une semaine sauf quand il fait plus froid. En ce moment, elles tiennent une semaine environ. Tous les matins, on vérifie l’état de fraîcheur. On coupe, on change ce que l’on doit changer et on prévoit ce que l’on doit changer pour le lendemain. En ce moment, nous sommes en train de faire la composition pour le vestibule par exemple. 

 

Combien de compositions pouvons-nous trouver dans le château ?  

Il y a 17 pièces et elles sont toutes intégralement fleuries. Il n’y a pas toujours qu’un seul bouquet. Parfois, sur les grandes tables de chasse, on met cinq ou six compositions et des fois une vingtaine de petits bouquets ronds. Ce n’est pas toujours le même volume et comme on joue avec le volume, ça varie souvent. Mais nous sommes environ à 200 compositions et bouquets à la semaine. On travaille aussi pour le restaurant gastronomique avec des choses plus modestes comme des petits centres de table. On intervient aussi pour la partie événementielle, quand il y a des mariages ou des séminaires d’entreprise. Parfois, il faut des décors appropriés et il y a des demandes particulières. Donc, nous fleurissons ces événements-là. Et dans cette partie événementielle, on propose aussi des ateliers floraux où les personnes peuvent venir créer, faire un bouquet. Ça peut aller de cinq personnes jusqu’à 80 personnes. Il y a aussi cette facette-là dans notre métier.

 

Où trouvez-vous l’inspiration pour la réalisation des bouquets ?

Pour ce qui est de la forme de bouquet, on invente rien, c’est une forme géométrique. Notre véritable chance est d’avoir des couleurs changeant avec les saisons, les fleurs et les variétés changent. On s’inspire énormément de l’environnement dans lequel on va mettre notre composition. Il y a beaucoup de pièces dans le monument qui ont une identité de couleurs. Je prends souvent l’exemple de la chambre de Diane de Poitiers qui est bleue. On ne peut pas faire n’importe quoi comme assemblage de couleurs. On fait très attention et comme on aime travailler les couleurs, on essaie de toujours être en harmonie dans les pièces du château. Il n’y a que les cuisines qui sont moins identitaires au niveau des couleurs avec la présence de la pierre de tuffeau. À partir du moment que c’est de la pierre, ça nous permet d’avoir un peu plus de latitude. Le cabinet vert, qui est vert et qui porte bien son nom, permet de faire toutes les associations. On peut mettre du fuchsia, du rose ou de l’orangé. On a quelques moments de liberté.

 

D’où proviennent les fleurs avec lesquelles vous travaillez ?

On a la chance à Chenonceau d’avoir un espace dédié pour nous qui est le potager des fleurs. On le partage avec le chef cuisinier du restaurant gastronomique. Il nous prend des fleurs des fois et nous, on lui prend des légumes pour faire des compositions. Mais c’est vrai qu’il y a un hectare qui nous est dédié vraiment, c’est très agréable. La saison commence avec les premières tulipes puis tout va se succéder gentiment. On va avoir des pivoines, puis ce qu’on appelle les fleurs du printemps, jusqu’aux premières gelées on bénéficie de cet espace. C’est une grande chose d’avoir ce potager, bien qu’on soit obligé d’acheter un grand nombre de fleurs. On renouvelle énormément et les volumes sont importants donc on ne peut pas saccager le potager des fleurs car c’est aussi un espace de visite. On a la chance de pouvoir aller piocher juste quelques lignes qui ne sont pas formatées ni standardisées. Quand on regarde les arrivages, tout est calibré. On a une chance de bénéficier de cet espace car comme je le dis souvent, ça amène la touche en plus dans nos compositions. Ce n’est pas standard, c’est ça qui donne de la vie à nos compositions. L’hiver, on part glaner dans la nature soit dans le parc du domaine soit en extérieur, et on coupe tout plein de branchages. Ce sont les fleurs du moment et ça apporte beaucoup d’âme. 

 

Y a-t-il des périodes à part à Chenonceau au niveau de la scénographie ?

D’une semaine sur l’autre, l’intégralité des bouquets est changée. À part à Noël, de la Saint-Nicolas à l’Épiphanie, les visiteurs voient la même chose. On renouvelle l’état de fraîcheur des fleurs, en revanche, les structures restent les mêmes. Les visiteurs voient la même chose pendant un mois et demi environ contrairement au reste de l’année. Noël est une grande rencontre et encore plus avec l’opération Noël au pays des châteaux, ça c’est le gros moment de l’année. On fête aussi Pâques qui  cette année, est sur deux week-ends. Juste après, on fête le muguet et on en a met dans tout le château. Ce sont les périodes un peu à part. Nous sommes très attachés aux traditions. Par exemple, nous ne fêtons pas Halloween, mais on aime bien mettre des chrysanthèmes à cette période. C’est une fleur qui a mauvaise réputation alors que c’est une fleur de saison et il y a de très belles variétés dans les tons et les formes. On en met beaucoup en plus des fleurs coupées au moment de la Toussaint.

 

Le 15 mai prochain, paraîtra le livre Les Bouquets de Chenonceau.

Cet ouvrage présentera les compositions florales réalisés par Jean-François Boucher, Meilleur Ouvrier de France et scénographe floral du château et son équipe, Aurélie Fachin et Manon Eloi.

39,90 euros

 

 

INFORMATIONS PRATIQUES 

 

Château de Chenonceau

37150 Chenonceaux

Renseignement : 0 820 20 90 90

 

Jours d’ouverture & horaires : Le château est ouvert tous les jours de l’année.


Tarifs : adulte 13€ / enfant de 7 à 18 ans 10€ et étudiant (jusqu'à 27 ans inclus) 10€

 

www.chenonceau.com 

Please reload

Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • Instagram - White Circle
  • Pinterest - White Circle
  • YouTube

© 2015 by The Artifact. Proudly created with Wix.com

RESTONS CONNECTÉS

 

Tous droits réservés - Mentions légales

    Illustration logo - Alban Guillemois